COVID 19 et l'imagerie médicale : à quoi ressemble le COVID en Image ?

COVID 19 et l’imagerie médicale : à quoi ressemble la COVID19 en image ?

En cette période de crise sanitaire internationale, nous avons pensé bon de vous apporter quelques précisions quant à la détection d’infection au Covid19 grâce à l’imagerie médicale qui tient un rôle central dans cette lutte contre la COVID 19.

Depuis un peu plus d’un siècle l’imagerie médicale est utilisée sur toute la surface du globe afin de diagnostiquer, traiter, surveiller tous types de pathologies telles que le cancer, troubles neurologiques, problèmes cardiaques ainsi que bien d’autres problèmes de santé…

Afin de combattre efficacement l’épidémie du Covid19 l’imagerie médicale a été mise à contribution pour pouvoir déceler certains symptômes pulmonaires caractéristiques de ce virus et dépister les complications précoces ( embolie pulmonaire) et tardives ( fibrose).

Aujourd’hui, la Radiographie, le SCANNER Thoracique ainsi que l’Echographie pulmonaire sont les trois examens permettant d’avoir des images d’infections thoraciques sous la forme de foyer, condensation, abcès,  pleurésie, empyème…

L’examen de Scanner est cependant le standard recommandé pour explorer les suspicions de pneumonie du COVID-19 car il est plus sensible et donc plus efficace pour la détection des opacités en verre dépoli.

Il est évident que le scanner est utile en tant que méthode de dépistage de l’infection du Covid19 ( seul moyen de dépistage massif lors de la première vague) mais aussi pour surveiller et comprendre son évolution aux différents stades de l’infection ( majoration des images ou apparition de lesions de consolidation), rechercher les complications vasculaires ( embolie pulmonaire +++), et la recherche de séquelles ( fibrose ).

Nos radiologues spécialisés en imagerie thoracique présentent dans cet article 4 cas types présentant les symptômes du Covid19.

Cas numéro 2

Patiente de 62 ans, COVID  étendu début mars avec nombreuses zone de consolidation sous pleurales.

Scanner de contrôle à 3 mois révélant le développement d’une fibrose sous pleurale sous forme de plage de verre dépoli avec bande arciformes sous pleurales à l’origine de bronchectasies par traction.

Les évolutions vers la fibrose restent rares. elles sont suspectées sur le scanner de contrôle à 3 mois, et devraient être confirmées sur un contrôle à 6 mois (cf cas numéro 1)

Cas covid numéro 2

Cas numéro 1

Le cas numéro 1 est un patient de 78 ans hospitalisé en unité de soin continu pour contamination au Covid.

Son cas présente également une atteinte pulmonaire étendue. Un Angioscanner a été demandé pour évaluer l’aggravation récente de la dyspnée sans modification des images à la radiographie pulmonaire.

Covid 19 cas numéro 1
Image 3 cas numero 1
Image 2 cas 1

Cas numéro 3

Patient de 48 ans, sans facteur de risque, dyspnée aigue, fièvre et myalgies en mars 2020. Scanner initial, atteinte étendue (50%), condensation mixtes  (verre dépoli et consolidations) à prédominance sous pleurale.

Cas covid numéro 3 image 1

Contrôle précoce à 2 mois, dyspnée persistante. Disparition des autres symptômes. Scanner révélant un verre dépoli avec disparition des consolidations sous pleurales. Bandes arciformes sous pleurales de l’apex gauche.

Cas numéro 3 image 2

contrôle à 6 mois (septembre) pour éliminer une fibrose pulmonaire post Covid. disparition des la dyspnée depuis 3 mois.
Scanner: restitution ad integrum.

Cas numéro 3 image 3

évolution des lésions dans le temps:

évolution 1

Mars 2020

évolution 2

Mai 2020

évolution 3

Septembre 2020

Cas numéro 4

Lésions scanographiques au cours d’une infection à la Covid:

Cas 4 image 1

crazy paving, verre dépoli avec réticulations intra lobulaires.

Lésions scanographiques au cours d’une infection à la Covid:

Cas 4 image 2

Condensations en verre dépoli ou consolidations à prédominance sous pleurale( plus souvent des bases) non systématisées, multifocales, bilatérales et asymétriques.

Les anomalies observées au scanner semblent en effet bien corrélées avec la sévérité de l’atteinte clinique du patient.
Même si le scanner est un examen extrêmement efficace, il n’existe pas d’indication à réaliser un scanner thoracique à des fins de dépistage chez des patients sans signes de gravité pour le diagnostic du COVID-19.
Le diagnostic premier est donné par les tests PCR ; le suivi des lésions pulmonaires du COVID-19 doit se faire prioritairement au sein de structures d’hospitalisation publiques et privées, ou par des équipes radiologiques spécialisées bénéficiant d’une prise en charge d’aval pour le diagnostic et le suivi des lésions pulmonaires.
Le scanner thoracique est indiqué pour guider la prise en charge et le suivi des symptômes pulmonaires chez un patient atteint du COVID-19.

Chez RIPN nous faisons attention à nos patients, leur santé est notre devoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu